Amandine M. – 28 ans – Strasbourg (67)

Publié le 20 janvier 2020

Bien sûr, vous avez compris, j’ai besoin de preuves avant de me lancer…
Au bout de 2 cures plus aucun doute !
J’espère que ce témoignage vous motivera à être acteur de votre bien être.

J’étais venue avec une amie à une réunion d’information chez Thierry. Assez sceptique, je ne savais pas ce qui m’attendait. Produit pharmaceutique ? Énième produit minceur, brûle-graisse ou autre ? Soucieuse, la confiance en mes amies Mylène et Chloé m’a permis de passer le cap. Pleine de questions, j’écoutais attentivement ce que disaient Bertrand et Thierry. Parfois même un peu tatillonne sur les bords, j’essayais de savoir si les réponses tenaient la route.
Sportive dans mon quotidien et dans ma vie professionnelle, je n’avais pas d’objectif de perte de poids (même si, n’allons pas nous mentir, 2-3 kg en moins valorise l’image de notre esprit). Souffrant d’une endométriose, je m’étais fait opérer en novembre. J’ai eu énormément de difficulté à remonter de mon anémie et surtout récupérer un transit correct. La cicatrisation ajoutant des adhérences et plusieurs séquelles digestives. Grâce aux séances de kinésithérapie et au suivi médical j’ai beaucoup avancé. Il fallait cependant se pencher sur l’alimentation pour retrouver mon énergie d’avant. Bien sûr, vous avez compris, j’ai besoin de preuves avant de me lancer.
Je me suis décidée à débuter la cure de changement métabolique en mai 2019. Aujourd’hui, je regarde mon tableau de cure pour vous faire part de l’évolution. Évidemment, non sans effort, j’ai suivi le régime alimentaire donné dans les différentes phases. Quelques écarts plus tard, je me rends compte que cette cure, je ne l’ai pas seulement débuté pour me sentir moins gonflé, moins ballonné. Je l’ai aussi faite pour jouer sur mon état de santé mental. Car oui, j’en ai lu des livres sur les effets néfastes des glucides et du gluten mais sans jamais changer mes habitudes de vie. Ces habitudes de vie qui n’étaient pas extrêmes. Pas d’écart particulier, à part des envies de sucres lors de mes cycles hormonaux (les femmes me comprendrons) ou lors de baisse de moral ou les repas entre bons vivants, une fois par semaine (tout le monde me comprendra). En semaine, c’était zéro alcool, pas de deuxième assiette après la première, 1/3 de féculent de légumes et de viande. Tout ce qu’on apprend pour bien vivre et bien manger.
Donc je me lance dans la cure et je passe de 67 kg à 58 kg en 12 semaines et je perd des cm significatifs à la taille (6cm), aux bras, cuisses et hanches. J’ai fait le choix de ne pas me peser tous les jours. Pour la simple raison que je ne voulais pas que mon poids soit une obsession. Les mesures ont été pérennes dans le temps même si le poids varie un peu. Je fais entre 10 et 12 kms de marche par jour, 1 à 2 activités physiques de renforcement musculaire et je joue au handball 3/sem. Étant professeur d’activité physique adaptée, j’ai l’occasion de me peser sur des balances calculant le taux de masse grasse, de masse musculaire et le pourcentage en eau dans mon corps. J’ai perdu en graisse, augmenté en masse musculaire et équilibré mon pourcentage d’eau (étant sujette à la rétention).
Mon premier bonheur en postcure a été de boire un verre de vin rouge et de manger un bout de comté. Malheureusement, au bout de quelques semaines, les aléas émotionnels de la vie m’ont fait reprendre le sucre d’une manière hebdomadaire. J’ai recontacté Thierry pour travailler sur l’addiction au sucre. Pour trouver une solution pour gérer les moments où je me jette sur le grignotage de sucre raffiné. J’ai donc repris une cure.
Cette fois-ci, j’ai décidé de me peser plus souvent. Pour surveiller les différents moments où je craquais sur des produits sucrés, les moments de déprime et/ou les moments hormonaux (ça va de paire chez moi) L’évolution des mensurations que j’ai conservé jusqu’à maintenant est gratifiante.

Je me suis affutée. Mon poids est plus haut mais ma taille est plus fine, mes jambes, mes bras.

L’équilibrage alimentaire + l’activité physique m’ont permis de stabiliser mon poids à 62kg et de changer une partie de mes graisses en muscles.
Ce matin, le 16 janvier 2020, je pèse 62 kg. Je me sens bien et je pense avoir passé l’étape des fêtes sans difficulté. Je réfléchis différemment lors de mes courses.

Je prends des produits frais et cuisine beaucoup plus.

Je rappelle de temps en temps Thierry pour avoir des conseils. Cela peut être pour telle ou telle raison. Je suis très heureuse d’avoir fait ces deux cures. La deuxième était beaucoup moins difficile que la première. Je pense être une personne qui ne fait pas tout de suite confiance. C’est là où je valorise le travail et surtout la patience et la bienveillance de Thierry.
Bien à vous,
En espérant que ce témoignage vous motive à être acteur de votre bien être.
😊 Merci vieÔmieux® 

Cet article n'a pas encore de commentaire, vous pouvez laisser un commentaire.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *